L’abeille Heriades

Abeille Heriades sur inflorescence de cosmos.

Membre de la famille des mégachiles, l’abeille Heriades n’a plus guère que les cosmos pour faire provision de pollen au jardin.

Noire rayée de blanc, on peut la confondre avec la petite Coelioxys rencontrée récemment sur le coeur jaune d’or des cosmos. Elle est aussi menue. Moins d’un centimètre. Mais la silhouette de l’abeille Heriades est bien différente. Avec un abdomen nettement moins pointu, rythmé de fines bandes blanches plus régulières.

C’est surtout son comportement qui diffère. Loin d’être une « abeille coucou », voilà en effet une sacrée travailleuse. En témoigne le pollen amassé sur ses pattes arrière et sa brosse ventrale. Il est vrai que le cosmos est particulièrement généreux. Émergeant des fleurons périphériques, les étamines et leurs anthères cruciformes le libèrent au moindre frottement.

Et c’est pourquoi la petite abeille Hériades en fait consciencieusement le tour. Dans un sens puis dans l’autre. Sa langue plonge dans chaque fleuron pour en puiser le nectar. Tandis qu’à l’arrière, les soies ratissent le pollen. Et, naturellement, au centre de l’inflorescence, la forêt de styles filiformes bénéficie de la dispersion de la précieuse poussière…

En savoir plus sur la famille des mégachiles avec le site aramel.free.fr

Hérissée de soies drues et pas encore trop chargée de pollen, la brosse ventrale est ici bien visible.

Abeille Heriades inspectant un tube de bambou avant d'y établir son nid.

Il semble que l’abeille Heriades et ses comparses aient établi leurs nids au creux des tubes de bambou de la planche des tomates. Là même où les isodontes avaient établi les leurs cet été. Mais pas d’herbes sèches pour structurer l’habitacle. Plutôt des petits morceaux de feuilles. Et pas de sauterelles pour nourrir les larves qui pourront compter sur un garde-manger garni de nectar et de pollen.

Abeille Coelioxys sur inflorescence de cosmos.

Un peu ressemblante mais tellement différente ! Pas de soie collectrice pour la petite Coelioxys à l’abdomen pointu caractéristique. Elle butine pour son propre compte. Elle en effet pondu dans le nid d’une abeille plus industrieuse qu’elle dont les provisions de nectar et de pollen nourriront ses larves.

Please follow and like us:
error