Arlequin ne s’attarde pas !

Elle vient d’atterrir dans un vrombissement caractéristique. Lentement, elle replie ses belles ailes luisantes. Rouge et noir naturellement. Puisque tout chez elle fait alterner ces deux couleurs bien franches, jusqu’à la pointe de la petite tête triangulaire et même des pattes !

Et ce n’est pas tout, semble-t-elle dire, en basculant sur le côté, exhibant sa face ventrale, rouge ponctuée de taches noires.

Cela dit, la Punaise arlequin ne s’attarde pas. Comme si elle était passée là par erreur. Elle gicle d’un coup et, dans un grand vol circulaire, rase bruyamment la haie pour rejoindre le halage. Grand bien lui fasse. Elle y trouvera, bien plus qu’au jardin, de quoi se régaler, avec les ombelles de la grande berce, des carottes sauvages et de l’angélique.

Photos Fernand ©

 

Please follow and like us: