Le Bourdon des saussaies

Bourdon des saussaies sur fleur de mûrier / Un jardin dans le Marais poitevin.

Comme un Bourdon terrestre miniature. Le Bourdon des saussaies, un butineur hyper actif aux goûts éclectiques. Et malin avec ça !

Bourdon des saussaies sur fleur de Clématite / Un jardin dans le Marais poitevin.Le temps est déjà loin où il n’avait que le romarin et quelques fleurs sauvages à se mettre sous la langue. Sur le pont dès la sortie de l’hiver, le petit Bourdon des saussaies (Bombus lucorum) voit enfin sa ténacité récompensée. Vive la tournée des grands-ducs ! Il passe ainsi allègrement des trompettes du Weigelia aux larges corolles de la Bourdon des saussaies sur fleur de Cassia / Un jardin dans le Marais poitevin.Clématite, en passant par les pétales chiffonnés du Mûrier et les éclatantes grappes jaune d’or du Cassia.

Moins menu tout de même que le Bourdon des prés, il adopte sans complexe la livrée de l’imposant Bourdon terrestre. Sur fond noir, son collier jaune orangé fait ainsi écho à la large Bourdon des saussaies sur fleur de Wegelia / Un jardin dans le Marais poitevin.bande rousse de l’abdomen. Sans oublier le « cul blanc » naturellement.

Infatigable, les pattes chargées de pollen, il est aussi ingénieux. Un tube nectarifère trop long ? T’inquiète ! Il n’hésite pas à percer la corolle pour s’aménager un raccourci…

Pour le pollen d’accord mais pour le nectar, le Bourdon des saussaies a la langue bien trop court pour d’aussi longues corolles tubulaires…

… sauf à perforer le tube au plus près du nectar. Pour un butinage express de la Sauge bleue par exemple.

La Volucelle bourdon. Mimétisme aidant, cette grosse mouche n’hésite pas à pénétrer dans le terrier du Bourdon des saussaies et même du Bourdon terrestre pour y installer sa progéniture. Dans sa forme au “cul roux”, elle parasite le Bourdon des pierres.

 

Please follow and like us: