L’Eucère longicorne

Eucère longicorne, mâle, sur fleur de pommier.

Malgré ses longues antennes, Monsieur Eucère longicorne ne sent rien venir. Pas encore de belles à l’horizon. Sinon la supercherie de l’Ophrys abeille !

Eucère longicorne, mâle, sur fleur de pommier.Tourner et virer sans cesse, pour défendre son territoire, ça creuse ! Alors, de temps à autre, l’Eucère longicorne (Eucera longicornis) prend un petit remontant. Ici le nectar sucré d’une fleur de pommier. En toute hâte. Pour mieux reprendre sa fébrile patrouille. Au cas où une belle viendrait à passer !

Car, pour l’heure, seuls les mâles et leurs longues, très longues antennes, ont émergé et… commencent à trouver le temps long. Il y a pourtant des phéromones dans l’air sacrebleu. Mais, à chaque rencontre, c’est le même mirage irrésistible soldé du même fiasco. Par quel sortilège ?

Tout bonnement celui de l’Ophrys abeille. La superbe orchidée sauvage compte ainsi une trentaine d’épis disséminés dans les parties enherbées du jardin. À défaut de produire du nectar, elle perpétue ce diabolique stratagème pour assurer sa pollinisation. Forme, couleurs, odeurs : ses fleurs jouent les « sex-toys » en attendant l’émergence des eucères femelles. Et, malgré leurs déconvenue répétées, ces Messieurs s’y laissent toujours furtivement berner. Encore faut-il être là au bon moment pour les y surprendre.

SOURCES :

  • Bellmann 2019, Abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d’Europe, Delachaux & Niestlé.
  • Boyer 2015, Abeilles sauvages, Ulmer.
  • Vereecken 2018, Découvrir et protéger nos abeilles sauvages, Glénat.
  • Les eucères avec le site aramel.free.fr

Le labelle de l’Ophrys abeille se donne des allures d’abeille femelle. Jusqu’à la diffusion de phéromones. Une supercherie à l’attention des Eucères longicornes mâles qui, lors de leurs pseudo copulations, se chargent de pollen pour le véhiculer de fleur et fleur. Et le tour est joué !

Fin mars 2022. Comment résister aux fleurs de bourrache ?

Fin mars 2022. Au pied d’une haie, sur le Grémil bleu-pourpre.

Fin avril 2021. Eucère sp., à la fourrure entre fauve et gris, toujours avec de très longues antennes, sur une inflorescence de Trèfle des prés.

Fin juillet 2020. Une cousine aux yeux émeraude, l’Eucère dentée dont le mâle aux longues antennes butine ici l’origan en fleurs.

L’Halicte de la scabieuse : une autre abeille sauvage dont le mâle arbore de très longues antennes.