Le Grémil bleu-pourpre

Grémil bleu-pourpre / Un jardin dans le Marais poitevin.

L’entrée du Saint-des-saints est très étroite. Mais les corolles un peu chiffonnées du Grémil bleu-pourpre l’ont joliment mise en scène !

Grémil bleu-pourpre, corolle à cinq lobes en forme de long entonnoir / Un jardin dans le Marais poitevin.

Corolle bleue, tube nectarifère pourpre.

Nouvel envahisseur au pied des haies. Les souches du Grémil bleu-pourpre viennent de se réveiller. Un peu comme ceux de la Stellaire holostée qu’ils côtoient volontiers, ses rameaux rampants émettent de hautes tiges dressées, ponctuées d’étroites feuilles lancéolées.

Grand bombyle sur fleur de Grémil peu-pourpre / Un jardin dans le Marais poitevin.

Approche millimétrée en vol stationnaire pour le Petit bombyle, longue trompe en avant.

La floraison qui débute tranche avec le jaune et le blanc-rosé des fleurs voisines. Regroupées en petites grappes feuillues, les corolles à l’aspect un peu chiffonné hésitent entre bleu-pâle et bleu-violacé. Avec des nuances pourpres plus ou moins soutenues. D’où son nom.

À l’arrière de chaque “vitrine” bleue, la corolle se prolonge en un long entonnoir nectarifère. Et lui est franchement pourpre.

Une coloration étoilée plus claire signale l’entrée aux butineurs. Un passage très étroit vers où convergent plis et nervures des cinq lobes. Suivez le guide ! Postés un peu en retrait, étamines et stigmate attendent patiemment. Au garde-à-vous dans le vestibule. Le moindre passage complice d’une trompe gourmande devrait suffire à véhiculer le pollen !

Blanche du bout des pattes à la pointe des antennes, la petite Piéride de la moutarde.

Sources :

 

Please follow and like us:
error