La cohabitation a ses limites

On le laisse jamais assez de place, à la plantation, pour que les fleurs puissent d’exprimer pleinement.

Surtout pour le gaura dont l’élan et la légèreté sont ici un peu étouffés par sa voisine. Il faut dire que la bourrache a pris plus que ses aises.

Jusqu’ici, les deux font bon ménage et les pollinisateurs ne s’en plaignent pas. Mais il va falloir songer à donner un peu d’air à la délicate floraison du gaura.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *