Dans les starting-blocks

Laitue sauvage / Un jardin dans le Marais poitevin.

S’il est des légumes “champêtres” qui valent bien leurs avatars cultivés, la Laitue sauvage est restée bien trop amère pour nos palais délicats !

Laitue sauvage / Un jardin dans le Marais poitevin.Elle pousse au bord du halage à deux pas du jardin. Une Laitue sauvage parmi d’autres. Un peu comme la Molène, toute proportion gardée, elle met à profit l’hiver pour muscler racines et rosette. Elle emmagasine encore un peu d’énergie pour mieux lancer sa haute tige florale. Dans quelques semaines. Dès que les jours auront suffisamment allongé et que la température deviendra plus douce.

A la voir ainsi dans les starting-blocks, bouillonnante de sève amère, avec ses feuilles gaufrées, hérissées de poils épineux, on mesure le chemin parcouru entre la belle sauvage et la tendre laitue potagère. L’une parait increvable quand l’autre est aussi fragile que savoureuse. La première est coriace et ne sortira pas de son destin tout tracé. La seconde en a presque tout oublié. Mais gare ! Au moindre stress, elle reviendrait vite aux fondamentaux. Raison de plus pour la chouchouter au potager. Car, sauvage ou pas, la laitue est programmée pour montrer à graines ! Raison de plus pour la chouchouter au potager.

Laitue sauvage / Un jardin dans le Marais poitevin.

Please follow and like us: