Le Clairon commun

Le Clairon commun, alias le Clairon des ruches.

Le Clairon commun installe ses larves dans le nid des abeilles solitaires, pas dans les ruches comme le laisse penser son nom populaire.

Le Clairon commun, alias le Clairon des ruches.Il y a des appellations qui sonnent comme un acte d’accusation. Le Clairon commun (Trichodes alvearius), alias le Clairon des ruches, passe ainsi pour un ravageur apicole. Une légende. Remarquez, à tout prendre, les Osmies, Mégachiles et autres Andrènes aimeraient sans doute autant que ce soit vrai. Ce sont en effet les nids d’abeilles sauvages – et non domestiques – qui sont la cible de ce petit coléoptère aussi coloré que poilu.

Des taches noires de part et d’autre d’une suture bien marquée. Sur un fond rouge pétant. Les élytres eux mêmes sont abondamment velus. Comme le thorax et la tête, noirs aux reflets métalliques bleutés. 

On le repère aisément lorsqu’il se gave de pollen de fleur en fleur. Il se laisse alors volontiers approcher. Le temps d’apprécier ses très solides antennes en forme de massue.

Il s’agit ici d’une femelle, reconnaissable à l’absence de renflement du tibia arrière. Quoi qu’en la matière, ces Messieurs soient moins ostentatoires que l’Oedémère noble ! Elle pond d’avril à août à proximité des nids d’abeilles solitaires. Ses larves y pénètrent et dévore tout ce qui peut l’être. Pas vraiment un insecte auxiliaire !

Le Clairon commun, alias le Clairon des ruches.

Clairon des ruches sur fleur de marguerite / Un jardin dans le Marais poitevin.

Monsieur et ses tibias arrière « modestement » renflés.

En savoir plus : 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *