L’Orthétrum bleuissant

Orthétrum bleuissant au repos.

Cet Orthétrum bleuissant est à l’affût. Mais pas en chasse. Il veille à ce que sa belle puisse pondre en toute sérénité…

Plus ou moins dense, la pruine bleue, chez les libellules, c’est l’apanage de certains mâles matures. Les femelles sont alors plutôt jaunes. C’est le cas notamment pour la Libellule fauve rencontrée récemment. Mais ici, le bleu est quasi uniforme, des yeux jusqu’à la pointe de l’abdomen. Avec une ligne noire sur le dessus. Voilà donc a priori l’Orthétrum bleuissant (Orthetrum coerulescens).

Encore qu’il ne faille jurer de rien avec les libellules ! Car si leur couleur change d’une espèce et d’un sexe l’autre, elle évolue aussi avec l’âge. Généralement pour perdre de son éclat. En témoigne cet autre mâle dont la pruine s’est estompée sur le thorax et en partie sur l’abdomen. Dans le même temps, les cellules rectangulaires jaunes, au bord antérieur des ailes, sont devenues presque noires.

Quoiqu’il en soit, l’affût de celui-ci est ici très particulier. L’accouplement vient d’avoir lieu. Pas question qu’un concurrent importune sa belle pendant la ponte. Il pourchasse ainsi farouchement les intrus pendant que Madame, toute jaune, zigzague au raz de l’eau et, toujours en vol, y plongent l’abdomen pour déposer ses oeufs. Ici et là. Le fossé est peu profond et grouille de larves en tous genres. Celles de l’Orthétrum bleuissant ne tarderont pas à s’en repaître.

En savoir plus sur l’Orthétrum bleuissant avec la site des Carnets nature de Jessica

Orthétrum bleuissant, ponte de la femelle.

Sans pose ni vol stationnaire, la femelle Orthétrum bleuissant plonge son abdomen pour déposer ses oeufs au fil de l’eau.

Photos Fernand © Août 2019

 

Please follow and like us:
error