Si ce n’étaient ses chenilles !

Dans la très grande famille des Noctuelles, le plus souvent nocturnes, difficile de préciser avec certitude l’identité de celle-ci. Guère plus grosse qu’une pièce de 5 centimes, elle passe presque inaperçue sous le soleil couchant parmi les herbes sèches.

Par elle-même, elle est plutôt inoffensive. Un papillon parmi d’autres qui participe à la pollinisation du jardin… N’étaient ses chenilles ! 

On les a vues à l’oeuvre au printemps et au début de l’été dans les semis et les plantations, prenant notamment les jeunes salades au collet… Difficile d’imaginer que les gros vers gris soient issus de ce minuscule papillon. Faut-il qu’ils soient voraces pour grossir à ce point !

Punaises et autres gendarmes peuvent y aller… Ils ne croqueront jamais assez d’oeufs de la Noctuelle dont la ponte, dit-on, dans la terre meuble des plantations, dépasse le millier.  Le jardin n’en a pas fini avec le vers gris.

(Photos : Fernand)

 

Please follow and like us: