Qu’importe la couleur des élytres

Jaune, rouge, orange… Qu’importe la couleur de l’élytre ! Pas de préjugé chez les coccinelles asiatiques, désormais familières des jardins, bien reconnaissables à leur tête noire tachée de blanc.

Ces deux-là se sont rencontrées au hasard d’un pied de céleri branche. Dans l’intimité des feuilles odorantes, les voilà qui se tournent autour, se taquinent, s’agacent… L’affaire est vite faite en vérité. Déjà, chacune repart comme elle était venue. Allez donc du côté des haricots verts à peine en fleurs… Il y a du pain sur la planche.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *