Stop aux usines à miellat !

A le voir arpenter le potager, le soir venu, on pourrait croire le jardinier perdu dans ses rêveries. Non, non. Bien au contraire. Il observe. Il scrute. A la recherche du moindre indice d’une colonie naissante de pucerons.

Ici la fébrilité des fourmis sur les boutons floraux du mûrier, là quelques points rouges sur le pédoncule d’une jeune tomate. Rien de dramatique encore. Une pulvérisation de purin d’ortie devrait stopper ces tentatives d’implantation d’usines à miellat. Et tant pis pour les fourmis.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *