Chacun ses goûts

L'Acidalie dégénérée (Idaea degeneraria) : un sobre décor à la fois tout en nuances et en forts contrastes / Un jardin dans le Marais poitevin.

Dans la série des noms peu flatteurs, le pompon va à l’Acidalie dégénérée ! Est-ce pour cela qu’elle se fait si discrète au creux des haies du jardin ?

L'Acidalie dégénérée (Idaea degeneraria) : une ligne orangée en bordure des ailes antérieures / Un jardin dans le Marais poitevin.Voilà un joli papillon de nuit que l’on peut accueillir sans crainte au jardin ! L’Acidalie dégénérée (Idaea degeneraria) butine en effet quand vous dormez et se repose discrètement le jour, les antennes sagement repliées. Ici au bord d’une haie. Et, surtout, ses chenilles n’apprécient guère les légumes. Elles préfèrent plutôt ronces, bourdaine et épiaires. Fanées voire sèches de préférence. Chacun ses goûts.

Oh bien-sûr, sa livrée n’a pas le charme suranné de l’Alternée, sa cousine. Dans une dominante également un peu délavée, elle ne manque pourtant pas de raffinement. On a ainsi l’habitude de la distinguer à ses quatre petites taches noires. A peine visibles sur le large bandeau brun-roux des ailes antérieures. Très nets par contre dans une échancrure dudit bandeau sur les postérieures.

Tout est donc à la fois nuances et fort contrastes dans ce sobre décor qui fait se succéder lignes et bandeaux, foncés à l’avant, gris-beige à l’arrière. Avec une fine bordure orangée à l’avant. Subtile coquetterie pour une dégénérée !

En savoir plus sur l’Acidalie dégénérée avec le site des Carnets nature de Jessica

L'acidalie dégénérée (Idaea degeneraria) au repos dans une haie du jardin / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us: