Le Brun des pélargoniums

Brun des pélargoniums sur fleurs de trèfle blanc.

Les chenilles du Brun des pélargoniums minent tiges, feuilles et boutons des pseudo-géraniums. Gare aux balconnières !

Brun des pélargoniums sur fleurs de trèfle blanc.Pas de pélargonium au jardin. Mais, il est vrai, les pseudo-généraniums sont légion ici et là, dans les certaines jardinières alentours. La plante ornementale est originaire d’Afrique du Sud. Le petit Brun des pélargoniums (Cacyreus marshalli) aussi. Il a donc suivi le mouvement. Jusque dans les allées du potager où il volète de trèfle en trèfle.

De la taille d’un Argus, il présente des ailes au revers marbré de blanc, de fauve et de brun plus ou moins foncé. À proximité d’un petit ocelle noir, les postérieures portent une fine queue brune et blanche. On retrouve l’un et l’autre sur l’avers, uniformément brun clair, bordé d’une frange blanche. 

Importé accidentellement à la fin des années 1990, le Brun des pélargoniums passe pour invasif et ravageur. Ses chenilles minent en effet tiges et feuilles desdites plantes d’ornement. Exclusivement. Pour l’heure, les généraniums vrais, sauvages ou cultivés, ne semblent pas concernés. Vos jardinières en ont subi les attaques ? Le moment est sans doute venu d’en varier les plantations !

En savoir plus sur le Brun des pélargoniums avec le site bourgogne-nature.fr

Découvrir d’autres papillons du jardin et des alentours 

 

Please follow and like us:
error

L’agrion et la coccinelle

Leste vert dévorant une coccinelle.

Agrion de belle taille, le Leste vert chasse les petits insectes ravageurs du potager. Mais pas que. Il dévore ici une coccinelle.

Plus discret que la grande demoiselle métallique, le Leste vert (Chalcolestes viridis) est omniprésent au jardin en cette fin août. Une taille assez nettement au dessus de la plupart des autres agrions, il se reconnaît aisément.

Les yeux bruns, virant au bordeau selon l’orientation du soleil, il (ou elle puisque les deux sexes sont identiques) arbore un joli vert bronze. Depuis le thorax jusqu’à la pointe enflée de son long abdomen. Les ailes parfaitement transparentes présentent une large cellule blanche bordée de noir.

Comme ses cousines, libellules ou demoiselles, il est en chasse permanente. On l’aperçoit ainsi lors de brefs affûts sur une feuille ou la tige d’une graminée. Mais c’est en vol qu’il capture ses proies. En particulier les petites mouches. À ce titre, c’est un plutôt bon auxiliaire au potager. Cela ne l’a empêché pas ici de jeter son dévolu sur une petite coccinelle. Personne n’est parfait ! Revenu à son poste d’observation, il la décortique goulument de ses puissantes mandibules. En laissant ailes et élytres de côté.

En savoir plus sur le Leste vert avec le site quelestcetanimal.com

Leste vert à l'affût.

Please follow and like us:
error

Le Petit mars changeant

Petit mars changeant dans sa forme Apatura ilia clytie.

Deux formes aux couleurs bien différentes pour le Petit mars changeant qui, en outre, se pare de reflets bleutés en jouant avec le soleil.

Dominante brun foncé avec taches blanches et ocelles orangés pour la forme Apatura ilia ilia.

Il a beau avoir une superbe et longue trompe jaune fluo, le Petit mars changeant a un régime alimentaire assez peu ragoûtant. Car s’il recherche ordinairement divers miellats dans les arbres, il descend parfois au sol pour butiner… crottes et cadavres d’animaux !

Des reflets bleu violacé selon l’orientation du soleil.

Depuis quelques jours, son menu est plus « convenable » au jardin. On l’y trouve ainsi régulièrement sous le mirabellier où le jus sucré des prunes tombées à terre semble le réjouir. Il choisit les mirabelles les plus blettes, dont la queue est tombée, et y plonge sa trompe avec délectation.

Même décor dans une dominante fauve pour la forme Apatura ilia clytie.

Le plus surprenant est dans la couleur des ailes. Le Petit mars changeant se présente en effet sous deux aspects. Avec une dominante brun très foncé marqué de taches blanches et d’ocelles orangés pour la forme Apatura ilia ilia. Avec le même décor mais dans une dominante fauve pour la forme Apatura ilia clytie.

L’un et l’autre ont la particularité, du moins pour le mâle, de présenter des reflets bleu violacé plus ou moins prononcés selon l’orientation du soleil. D’où le qualificatif de “changeant” donné à l’espèce.

Un papillon aux multiples visages donc. Pas très farouche. Il se laisse volontiers approcher. Surtout lorsqu’il déguste une mirabelle !

En savoir plus sur le petit mars changeant avec le site quelestcetanimal.com

Découvrir d’autres papillons du jardin

Petit mars changeant dans sa forme Apatura ilia ilia.

Pas si “petit” que cela. Environ 6 cm d’envergure. Soit un ou deux centimètres de moins que le Grand mars changeant, très ressemblant, avec quelques différences dans la forme des taches blanches, et sans ocelle orangé aux antérieures.

L’appétit vient en mangeant : après la mirabelle, la poire !

 

Please follow and like us:
error