Tendres et parfumés malgré tout

Céleris branches / Un jardin dans le Marais poitevin.

Stressés tout l’été, les céleris branches ont fini par se réveiller. Avec des coeurs tendres et parfumés.

Céleris branches / Un jardin dans le Marais poitevin.Ils ne pouvaient pas avoir pire démarrage. Repiqués en début d’été à la faveur d’une belle averse, les céleris branches ont végété des semaines et des mois. Sur un sol pourtant maintenu frais, la canicule les a figé au point que la tentation a été grande de les arracher en début d’automne pour les jeter au compost.

Et puis, divine surprise, l’humidité et la douceur de l’été indien les a réveillés. Lentement mais sûrement. Oh, bien-sûr, dures et filandreuses, les côtes extérieures gardent le mauvais souvenir du stress estival. Autant s’en débarrasser. Mais le coeur n’en est pas moins charnu, tendre et parfumé. Tant de bonne volonté de la part de ces rescapés de la canicule mérite le meilleur. En toute simplicité. Echalote, ail éventuellement. Et du beurre naturellement.

Voir la recette

Céleris branches / Un jardin dans le Marais poitevin.

Photos Fernand ©

 

Please follow and like us:

Mâche : jamais deux sans trois ?

Mâche / Un jardin dans le Marais poitevin.

Une salade aussi subtile que la mâche mérite une cueillette délicate. Sans abimer le collet. Avec une seconde récolte à la clé !

Mâche / Un jardin dans le Marais poitevin.Voilà bientôt trois mois que la mâche est au rendez-vous des salades de l’automne. Pour varier les plaisirs, les généreuses rosettes accompagnent délicieusement la légère amertume des « pains de sucre » et les saveurs plus douces des sucrines.

La cueillette quasi quotidienne a vite fait table rase des premiers rangs.  Enfin, pas si rase que cela ! Car le couteau a pris grand soin de ne pas meurtrir le collet. A salade subtile, récolte délicate ! Si bien que, loin de dépérir, chaque pied s’en est retrouvé vivifié ! Une nouvelle pousse s’est rapidement mise en route. Nullement perturbées par la forte gelée blanche de la mi-novembre, voilà de nouvelles rosettes plus dense et plus charnues encore que la première fournée. Jamais deux sans trois ?

Mâche / Un jardin dans le Marais poitevin.

Photos Fernand ©

 

Please follow and like us:

Tendre chou pointu

Chou pointu / Un jardin dans le Marais poitevin.

Un drôle de petit chou pointu, très tendre, pour apporter un peu de fantaisie au jardin. Et sur la table !

Il est un peu au chou ce que la «Pain de sucre» est à la salade. Conique, serré mais ici sans aucune amertume. Il est même un peu sucré. Le Chou pointu se cultive d’ordinaire plutôt au printemps. Il existe toutefois quelques variétés automnales : un peu de fantaisie dans un jardin qui commence à en manquer !

Très tendre, il cuit beaucoup plus vite que le Cabus et, surtout, il épargne votre cuisine de l’odeur un peu forte caractéristique du chou. Coupé en fines lanières et simplement revenu au beurre dans un wok : une quinzaine de minutes suffisent à le faire fondre. Pas trop pour lui garder du caractère.

Quelques lardons seront les bienvenus pour corser la très rapide préparation. Et pourquoi pas une pointe d’acidité avec les dernières tomates cerises, cueillies voilà quelques jours, sauvées in extremis des premières gelées…

Voir la recette

Chou pointu / Un jardin dans le Marais poitevin.

Photos Fernand ©

 

Please follow and like us: