Le retour du Vulcain

Vulcain, bandes orangées délavées / Un jardin dans le Marais poitevin.

Rouge-brique intense ou orange plus ou moins délavé : le Vulcain est de retour au jardin. Toujours aussi spectaculaire sur les prunelliers en fleurs.

Vulcain, bandes orangées délavées / Un jardin dans le Marais poitevin.Il a sans doute de nombreuses heures de vol à son actif ! En ce début mars, le Vulcain sort-il de son hibernation dans le petit bois voisin ? Ou bien en a-t-il terminé de sa longue migration depuis les régions méditerranéennes ?

Quoiqu’il en soit, sa livrée semble un peu passée. En dehors de quelques reflets ici et là, le rouge soutenu de sa grande Vulcain, bandes rougeoyantes sur fond brun velouté / Un jardin dans le Marais poitevin.auréole a en effet beaucoup perdu de son éclat, au point de devenir orangé, presque pâle sur les bandes des ailes postérieures.

Quel contraste avec son voisin de prunellier ! Les quatre bandes rougeoyantes de celui-ci se détachent d’autant mieux sur le brun sombre velouté de la large zone centrale. Et le noir franc, taché de blanc, des pointes antérieures.

Lorsqu’ils ne butinent pas, l’un et l’autre se laissent aller dans de amples et spectaculaires vols planés. Ils aiment aussi prendre le soleil au jardin. Ils se font alors plus discrets, repliant les ailes dont le revers brunâtre, rehaussé de blanc et de rouge, discrètement veiné de bleu, s’efface davantage sur leur support favori. L’écorce d’un arbre ou une feuille morte.

En savoir plus sur le Vulcain avec le site quelestcetanimal.com

En savoir plus sur la migration du Vulcain avec le site 7.inra.fr

Vulcain au repos, ailes repliées / Un jardin dans le Marais poitevin.

Butinage automnal sur une ombelle de lierre (octobre 2019). Bientôt l’hibernation. Ou la longue migration vers le sud de l’Europe ?

 

Please follow and like us:
error