En jaune et noir

Hélophile suspendu sur fleur de mirabellier / Un jardin dans le Marais poitevin.

Une superbe mouche ! Sur fond noir, l’Hélophile suspendu décline toutes les nuances les plus chaudes du jaune.

Hélophile suspendu sur fleur de mirabellier / Un jardin dans le Marais poitevin.Dans la grande famille des Éristales, voilà “la” mouche des prairies humides. Le nom même de l’Hélophile suspendu évoque cet attachement aux zones de marais où ses larves prospèrent dans les fossés. Oui mais, pourquoi « suspendu » ? Tout bonnement en hommage à sa grande maîtrise dans l’art du vol stationnaire !Hélophiles suspendus in copula / Un jardin dans le Marais poitevin.

Les prairies humides d’accord mais aussi le jardin. Elle ne résiste pas actuellement au nectar du mirabellier, des cerisiers et des poiriers. Moins à l’aise toutefois avec les fleurs de petits-pois et de fèves, elle les abandonne volontiers aux abeilles et aux bourdons.

Outre la fameuse nervure en vague propre aux ailes des Éristales, l’Hélophile suspendu se distingue évidement par les rayures jaune-clair de son thorax et les taches « en sablier » de son abdomen, jaune-ocre puis crème en écho à sa toison faciale.

Cette livrée rayée en jaune et noir lui vaut Outre-Manche le surnom de “Footballeur”. Ici, elle évoquerait plutôt le ballon ovale. De La Rochelle à Mont-de-Marsan.

En savoir plus sur l’Hémophile suspendu avec le site quelestcetanimal.com

Hélophile suspendu sur fleur de poirier / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us:
error