Un couvre sol avant la soupe

Lamier pourpre / Un jardin dans le Marais poitevin.

Laissons le lamier pourpre aller… Ses fleurs accueilleront les premiers pollinisateurs du printemps. Et, comestible, il fera une excellente soupe le moment venu.

Lamier pourpre / Un jardin dans le Marais poitevin.Les feuilles velues du lamier pourpre, inégalement dentées, peuvent rappeler celles de l’ortie. Mais rien à craindre ! Cette petite sauvage du jardin est parfaitement inoffensive. Vite envahissante, on peut toutefois lui lâcher la bride jusqu’au printemps. Les fleurs ne sont pas si nombreuses en cette saison !

Minuscules, violacées, les pâles coroles comportent ici deux lèvres. L’une fait office de parapluie et protège les étamines. L’autre, fortement échancrée, accueille les pollinisateurs et les guide vers l’entrée du calice. Cela dit, fin janvier, ils ne se bousculent pas encore…

Raison de plus pour laisser le lamier pourpre prendre ses aises. Sa structure rameuse en fait un bon couvre sol sur les planches en attente de plantations printanières. Dans quelques semaines, il y aura ainsi au peu nectar pour les premières trompes ! Le moment venu, il sera facile de l’arracher. Avec une bonne soupe en prime. Presqu’aussi goûteuse qu’une soupe d’ortie.

Lamier pourpre / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us:
error