Une utile punaise !

Deraeocoris ruber, mâle, sur jeune pousse de rudbeckia.

Carnassière, la punaise Deraeocoris ruber chasse petites mouches, pucerons, larves et chenilles. Heureux de la voir au potager !

Deraeocoris ruber, mâle, sur jeune pousse de rudbeckia.

Le noir domine plus ou moins l’orangé chez le mâle avec des élytres toujours pointés de rouge.

Non, toutes les punaises ne sont pas ravageuses au jardin ! Certaines se rangent même plutôt parmi les auxiliaires. La petite Deraeocoris ruber par exemple. Pas facile à prononcer. Dommage. Mais puisqu’elle n’a pas de nom populaire à la hauteur de ses mérites… 

Il est vrai qu’elle est si petite ! 7-8 mm pas davantage. Et si la femelle, toute rouge orangée, se distingue assez facilement, le mâle passe plus inaperçu avec sa livrée plus ou moins partagée entre noir et orangé selon les individus.

Outre la silhouette allongée qui évoque celles des Lygus, deux points communs d’un sexe l’autre : les antennes dont les deux premiers articles sont épaissis par une fine pilosité et la pointe rouge des élytres. 

Assez craintive, la petite punaise se cache à l’arrière d’une tige ou d’une feuille dès que vous approchez. Sinon, au potager, elle patrouille sur les légumes et les fleurs à la recherche de petites mouches, de pucerons et, surtout, de larves de tenthrède. Décidément aussi utile que discrète !

Source :

Deraeocoris ruber, femelle, sur bouton de marguerite.

La femelle est plus uniformément orangée, avec quelques nuances sombres avec, comme chez le mâle, la pointe rouge des élytres. Ici en patrouille sur un bouton de marguerite.

Deraeocoris ruber, mâle, avec sa proie.

Comme toutes les punaises, Deraeocoris ruber est une piqueuse-suceuse. Le rostre de ce mâle a perforé sa proie.  Reste à en aspirer les fluides internes.

Début juillet 2021. Accouplement tête bêche sur une feuille de marguerite.

 

Please follow and like us: