Modeste Iris gigot

Première fleur de l'Iris gigot / Un jardin dans le Marais poitevin.

Il cache bien son jeu. Avec une floraison maigrichonne et plutôt terne au printemps, l’Iris gigot proposera des graines éclatantes l’automne prochain.

Iris gigot / Un jardin dans le Marais poitevin.Son nom latin est peu engageant : l’Iris foetidissima. Fétide !  D’aucuns préfèrent évoquer les étranges senteurs de grillade de son feuillage froissé. Voilà donc l’Iris gigot, sans doute un des iris les plus discrets. Du moins en cette saison.

Il apprécie les prairies et les bosquets des milieux humides. Ses solides hampes émergent actuellement de longues feuilles luisantes, ramassées en touffes denses au vert profond. Les premières fleurs s’épanouissent en ce début juin, un peu chétives au regard de leurs cousines cultivées. Et même de l’iris faux-acore qui lance pour quelques jours encore ses derniers feux au bord des fossés.

Les étroits tépales jaunâtres, puis mauves veinés de violet, sont aussi modestes que les fruits seront spectaculaires. Quand leurs capsules brunes exploseront, l’automne prochain, des grappes de graines rouges-orangé illumineront le pied des haies. C’est d’ailleurs pour elles, plus que pour sa floraison, que l’Iris gigot est parfois proposé en jardinerie. 

En savoir plus sur l’Iris gigot avec le site tele-botanica.org

Iris gigot / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us:
error