La Sittelle fait le ménage

Sittelle / Un jardin dans le Marais poitevin.

A quoi bon gratter lichens et mousses sur les arbres fruitiers ?  Si l’écorce abrite des insectes ravageurs, la Sittelle se chargera de les en extirper !

Elle n’a apparemment pas son nid au jardin. Mais elle le visite volontiers. Discrètement. Jusqu’alors à l’abri du feuillage, la Sittelle apparait désormais à découvert dans son exercice favori : l’exploration des écorces. Elle bien équipée pour cela. D’abord de solides pattes griffues presque disproportionnées pour un passereau de taille moyenne. Elle peut ainsi s’accrocher aux troncs et aux branches dans toutes les positions ! Sans être embarrassée par sa très courte queue.

Son long bec effilé lui permet alors de fouiller mousses ou lichens à la recherche d’insectes. Et même de lever des lambeaux d’écorce s’il le faut pour y débusquer ses proies. Prévoyante, elle y cache aussi de la nourriture, coléoptères ou graines, pour la mauvaise saison.

Fauve-orangé, gris-bleu et gorge blanche : la Sittelle se distingue aussi par un long trait de liner noir dans le prolongement de son bec et de son petit oeil perçant. Voilà bien, ici sur une branche morte, un très utile compagnon du jardin. Et surtout du verger.

 

Please follow and like us: