Du plus gros au plus petit

Guêpe sur fleur de Scrofulaire aquatique / Un jardin dans le Marais poitevin.

Il n’est pas forcément besoin d’avoir la floraison tapageuse ! Celle de la Scrofulaire aquatique est aussi discrète qu’attractive.

Syrphe sur fleur de Scrofulaire aquatique / Un jardin dans le Marais poitevin.Comme  une marquise au-dessus de la porte d’entrée. La lèvre supérieure à deux lobes de la Scrofulaire aquatique (Scrophularia auricula) est parfois comparée à des oreillettes. D’où son qualificatif latin.  Elle protège les quatre étamines jaunes à peine débordants de la petite corolle béante. D’un brun rouge soutenu, c’est aussi un signal à l’adresse des butineurs.

Du plus gros au plus petit, ils semblent apprécier. Qui le nectar. Qui le pollen. Avec plus ou moins de délicatesse. L’avidité de la guêpe paraît ainsi presque disproportionnée au regard de la minuscule fleur. Elle s’y agrippe fermement, la tête plongée sous la “casquette” rouge. Le Syrphe est plus subtile. Son vol stationnaire lui permet en effet de se régaler en prenant tout juste appui du bout de pattes.

Feuille de la Scrofulaire aquatique / Un jardin dans le Marais poitevin.Les pieds dans l’eau, la Scrofulaire aquatique compte parmi les vigoureuses hôtes des rives de la Sèvre. Outre ses discrètes grappes florales, elle est remarquable par la section carrée de ses hautes tiges ramifiées. Comme par ses feuilles ovales et dentées joliment nervurées. Avec un pétiole pourvu de deux oreillettes. Décidément ! 

En savoir plus sur la Scrofulaire aquatique avec le site abiris.snv.jussieu.fr

Grappe florale de la Scrofulaire aquatique / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us:
error