L’Andrène agile

Andrène agile, mâle.

Dans la série des abeilles sauvages du jardin, voici l’Andrène agile. C’était en avril dans l’effervescence du mirabellier en fleurs.

Andrène agile, mâle.Retour sur le printemps dernier. La belle saison où les abeilles sauvages étaient si nombreuses au jardin ! À l’appel des arbres fruitiers en fleurs notamment. Si nombreuses que toutes n’ont pu prendre place dans cette chronique… Ainsi le petit Andrène agile (Andrena agilissima), il est vrai assez proche de l’Andrène cendré qui, à l’époque, a eu la Andrène agile, mâle.préférence.

L’un et l’autre sont noirs, avec une fourrure grisée, plus parcimonieuse chez le premier. D’autant plus qu’il s’agit ici d’un mâle. Il lui manque ainsi, aux pattes arrière, les brosses blanches collectrices de pollen, caractéristiques des femelles. La différence la plus visible tient aux ailes nettement fumées avec des reflets légèrement bleutés.

En cette mi octobre, l’Andrène agile a lâché prise depuis belle lurette. Ses larves se développent sous terre où elles passeront l’hiver. Grâce aux réserves de nectar et de pollen amassées pour de longs mois. Elles feront surface en mars-avril. Si le Petit bombyle ou le Clairon des ruches ne sont pas passés par là !

En savoir plus sur l’Andrène agile avec les Carnets nature de Jessica

Découvrir d’autres insectes du jardin

Andrène agile, mâle.

 

Please follow and like us:
error