Le Bourdon forestier

Bourdon forestier, alias le Bourdon grisé, sur Menthe aquatique.

Sur les prairies humides, le Bourdon forestier compte parmi les aficionados de la prolifique menthe aquatique.

Bourdon forestier, alias le Bourdon grisé, sur Menthe aquatique.Pas vraiment de forêt dans la vallée de la Sèvre niortaise. Même si le marais est par ici réputé boisé. Quoiqu’il en soit, le Bourdon forestier (Bombus sylvarum), alias le Bourdon grisé, en est familier. En ce début août, les ouvrières sont particulièrement actives auprès des fleurs sauvages des prairies humides.

La dominante hésite entre gris et jaunâtre, avec une large plage noire sur le dessus du thorax. La fourrure orangée des derniers segments de l’abdomen parachève le portrait, sans égaler toutefois l’éclatante rousseur du Bourdon des prés ou du Bourdon des pierres.

Un petit détail caractéristique enfin : une frange de poils clairs scande la partie postérieure de chaque segment abdominal. Ainsi affublé, plutôt de petite taille, environ 12-13 mm, le Bourdon forestier niche au raz du sol, parmi les herbes hautes des prairies.

Les corbeilles de collecte commencent ici à être bien chargées sur les pattes arrière.

Bourdon grisé sur épi de Brunelle commune.

Avec sa dominante grisâtre, jusque sur la face, ici fin juin 2020 sur un épi de Brunelle, dans les allées du jardin. Las, cette année, l’été caniculaire y a asséché toutes sources de nectar. Heureusement, il reste aux butineurs les prairies humides alentour.

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *