Ah, dormir sur ses deux mandibules…

Le sommeil de l'Anthidie / Un jardin dans le Marais poitevin.

Insolite le sommeil de l’Anthidie ! Pour la nuit ou une simple sieste, l’abeille sauvage s’accroche à une haute tige sèche. Sans les pattes !

On a vu voilà peu l’Anthidie particulièrement active sur les salicaires du bord de Sèvre. En cette saison, elle apprécie également les épineuses inflorescences de la cardère. Mais, pour être hyper-active, il lui arrive aussi de dormir ! Et pas seulement la nuit. Surtout le mâle. Alors, il n’est pas rare de surprendre le sommeil de l’Anthidie. Même sous le soleil. Une petite sieste n’a jamais fait de mal à personne. 

Bien-sûr, comme tout un chacun, il lui arrive de faire une pause sur la première feuille venue. Voire de s’assoupir sur une fleur. Mais là, rien de vraiment sérieux. Non, pour dormir, vraiment, sa position favorite est plus étonnante.

Elle choisit d’extrémité d’une haute tige sèche. Comme beaucoup d’insectes sans doute. Certes, mais sans les pattes ! Comment tient-elle ? Ce sont ses puissantes mandibules qui s’accrochent à la tige. Et lui permettent alors de se détendre. À l’horizontale. Les antenne relâchées. Les pattes ramenées en arrière. Ou tout simplement pendantes. Benaise, comme on dit en Poitou !

En savoir plus sur la famille des Anthidies avec le site aramel.free.fr

Le sommeil de l'Anthidie / Un jardin dans le Marais poitevin.

La sieste n’empêche pas l’Anthidie, ici sur une inflorescence de cardère, d’être une abeille sauvage hyper-active.

 

Please follow and like us:
error