L’Andrène cendré

Andrène cendré sur fleur de mirabellier, mars 2019 / Un jardin dans le Marais poitevin.

Pourpoint de fourrure noire et grise sur le dos, l’Andrène cendré est à la fête sur les fruitiers en fleurs. Avant que les pissenlits prennent le relais.

Andrène cendré, pattes arrière chargées de pollen / Un jardin dans le Marais poitevin.Vivent les abeilles sauvages ! Dans l’actuelle effervescence des arbres fruiters, particulièrement du mirabellier, elles sont assurément les plus nombreuses. Et les plus variées.

En voici une aisément reconnaissable entre toutes. Active parmi les actives. Du moins l’Andrène cendré (Andrena cineraria) devient-il vite familier, aisément identifiable à l’abondante fourrure de son thorax. Un large bandeau noir entre deux bandes claires aux nuances gris-argenté. Avec un toupet frontal assorti.

La pilosité est plus clairsemée sur l’abdomen dont les reflets métalliques légèrement bleutés scintillent au soleil. Et celle des pattes arrières – il s’agit ici d’une femelle – constitue de véritables brosses qui ne tardent pas à se charger de pollen de fleur en fleur.

Mais, pour être généreuse, la floraison du mirabellier, hélas, ne dure qu’un temps. Alors, vivent notamment les pissenlits ! Leurs éclatants capitules font open bar jusque dans les allées du jardin… L’Andrène cendré ne s’en prive pas. Même le petit mâle. Il n’a certes pas de nurserie à alimenter mais comment résister à un bain de pollen ?

Sources :

  • Bellmann 2019, Abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d’Europe, Delachaux & Niestlé.
  • Boyer 2015, Abeilles sauvages, Ulmer.
  • Vereecken 2018, Découvrir et protéger nos abeilles sauvages, Glénat.
  • Les andrènes avec le site aramel.free.fr

Andrène cendré, pattes arrière chargées de pollen / Un jardin dans le Marais poitevin.

On se demande parfois quelles fleurs semer ou planter pour attirer les abeilles. Si elles pouvaient parler, elles nous diraient sans douter de laisser libre cours aux pissenlits. Tout simplement !

Andrène cinéraire, mâle, sur capitule de pissenlit.

Un peu gringalet, la fourrure ici en bataille, toute poudrée de pollen, Monsieur Andrène cendré ne prend pas part à l’alimentation du couvain. N’empêche, il prend des forces pour mieux tenir sa mission toute simple : copuler et mourir !

Mars 2020. Amours printanières parmi les fleurs du mirabellier. L’affaire faite, Madame reprend le butinage, traînant derrière elle le « petit monsieur » . Elle ne tardera pas à l’éjecter d’un coup de rein !