Annuelle la bourrache ?

Annuelle la bourrache ? Ici avec une jeune reine du Bourdon des prés.

En théorie annuelle, la bourrache qui fleurit actuellement au jardin a commencé sa pousse l’an dernier. Le réchauffement climatique est passé par là !

Annuelle la bourrache ? Ici avec l'Anthophore plumeuse.À proprement parler, la bourrache est une plante annuelle. Évidemment. Encore que… Voilà tout juste un an, quelques vieilles carcasses avaient passé l’hiver sans trop d’encombre pour ramifier à nouveau et refleurir dès début mars. Avant même que l’habituel semi naturel ne lève ! Une aubaine pour les premiers butineurs du jardin.

Belle variante cette année après un automne puis un hiver particulièrement favorables. Ainsi, quelques graines de l’été ont pu lever en novembre et se maintenir à l’état de rosette sans souffrir du gel. Il est vrai qu’en décembre un sérieux éclaircissage avait sélectionné les plans les plus vigoureux.

Ils n’auront donc pas attendu le printemps pour élancer leurs solides hampes. Et fleurir. À point pour la jeune reine du Bourdon des prés qui, déjà, les pattes arrière chargées de pollen, s’affaire à l’approvisionnement de sa colonie naissante.

Tout juste émergées, l’imposante Abeille charpentière et la petite Anthophore plumeuse profitent également de cette nouvelle manne. Alors qu’ici et là le semi naturel commence à pointer. Pour un peu, on le croirait en retard ! Décidément, la bourrache ne manquera pas cette année. 

Annuelle la Bourrache ? Ici avec l'Abeille charpentière.

On introduit la bourrache une seule fois au jardin. On peut ensuite compter sur le très généreux semi naturel. Le plus souvent en deux vagues successives. L’une en fin de printemps, l’autre en fin d’été. Et les graines de cette seconde tournée restent généralement en terre tout l’hiver pour germer en mars-avril. Sauf si automne et hiver trop doux en décident autrement…

Quand les graines germent à l’automne, que les larges rosettes gaufrées ne gèlent pas et restent dans les starting-blocks jusqu’au printemps suivant… Voilà presqu’une plante bisannuelle ! Faute de véritable hiver. Faut-il vraiment s’en réjouir ?

En savoir plus :