L’Anthidie à manchettes

Anthidie à manchettes, mâle, sur fleur de mélisse.

Le mâle de l’Anthidie à manchettes est un gros macho. Agressif envers les autres mâles. Sans ménagement envers ses conquêtes.

Anthidie à manchettes, mâle, sur feuille de mélisse.Voilà un nom vernaculaire qui s’explique au premier coup d’oeil. Chez le mâle du moins. Monsieur Anthidie à manchettes (Anthidium manicatum) se laisse assez facilement observer et présente en effet de longues franges blanches sur des pattes jaunes tachées de noir. 

Anthidie à manchettes, femelle, sur fleur de mélisse.Madame en est dépourvue. Plus petite, elle ne porte pas non plus « les épines » arborées par Monsieur à la pointe de l’abdomen. De véritables armes, très efficaces pour éloigner les mâles concurrents. 

Car la planche des aromatiques est chasse gardée ! Et plus particulièrement la grosse touffe de mélisse où les femelles butinent consciencieusement. 

Oh, bien-sûr, Monsieur sirote lui aussi parfois un peu de nectar. Comme pour reprendre des forces. Mais il passe le plus clair de son temps à patrouiller. Et lorsqu’il rencontre une femelle, la tête engouffrée dans la corolle d’une fleur, irrésistiblement, il fonce… Sans ménagement. Un accouplement aussi furtif que brutal. Et pendant que Madame, imperturbable, poursuit son butinage, lui fait une petite pause sur une feuille voisine. Avant de repartir en chasse. Gros macho ! 

Sources : 

Anthidie à manchettes, mâle, en patrouille.

Comme chez toutes les anthidies, l’abdomen noir présente des marques transversales jaunes.  Chez l’Anthidie à manchettes, elles partent des bords latéraux et s’arrêtent un peu avant le milieu des tergites. Sauf chez le mâle où les deux paires de marques avant sont plus ou moins fractionnées voire très incomplètes. Comme ici avec ce mâle en patrouille. Les épines de la pointe abdominale sont bien visibles.

Accrochée à une corolle de mélisse, une petite femelle littéralement agressée par un gros mâle.

Anthidie septemspinosum, accouplement / Un jardin dans le Marais poitevin.

Une spécialité familiale : le mâle de l’Anthidie septemspinosum vient de surprendre brutalement une petite femelle en plein butinage sur la salicaire officinale.

 

Please follow and like us: