Tout en légèreté

Azuré des Nerpruns, mars 2019 / Un jardin dans le Marais poitevin.

Il attendait peut-être la floraison des pruneliers. L’Azuré des Nerpruns est de retour. Le “vrai” printemps aussi ?

Azuré des Nerpruns, mars 2019 / Un jardin dans le Marais poitevin.Le petit Azuré des Nerpruns ne cache pas trop son jeu, contrairement à l’Azuré commun dont le bleu n’apparaît qu’en vol. Ici pas de doute. L’abdomen annonce franchement la couleur. Le revers des ailes également, même si, piquetées de points sombres, les nuances bleutées y sont un peu lavées.

Hélas, comme son cousin, il n’ouvre quasi jamais les ailes lorsqu’il butine ou se repose sur une feuille. Il faut donc se contenter de l’éclat fugitif de l’avers, bleu profond marginé de noir, au moment de l’envol. Du moins est-il assez facile à suivre, malgré sa modeste taille et ses vives trajectoires…

Premiers papillons, premiers arbrisseaux en fleurs. Cette fois, à force de l’annoncer depuis des semaines, le printemps semble bien là ! Prunelliers et autres prunus comptent parmi les terrain jeu favoris de l’Azuré des Nerpruns qui donne là de la trompe dans les haies du jardin. Il passe d’une corolle à l’autre sans même un coup d’aile. Acrobate tout en légèreté. Haut perché sur ses longues pattes noires et blanches. Avec quelques reflets bleus naturellement.

Azuré des Nerpruns, mars 2019 / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us: