L’Écaille martre

Écaille martre / Un jardin dans le Marais poitevin.

Sous la canicule de cette fin juin, l’Écaille martre s’est réfugiée dans la relative fraicheur d’une haie. Immobile. En attendant la nuit.

Écaille martre / Un jardin dans le Marais poitevin.Elle s’est posée au petit matin du bon côté de la haie. Celui qui, tout le jour, lui évitera les ardeurs du soleil caniculaire. Comme la plupart des papillons dits de nuit, l’Écaille martre (Arctia caja) a replié ses ailes en un “triangle de camouflage“. Le sien est brun foncé, parcouru de larges veines blanc-crème.

Dérangée, elle ouvre brusquement les ailes, découvrant le rouge vif orangé de ses postérieures, parsemé d’ocelles noirs aux reflets bleutés. Un réflexe censé surprendre et décourager l’intrus.

Finalement, elle se réfugie dans un parfait immobilisme. Sa meilleure défense sans doute dans le secret contrejour de la haie. La tête rétractée dans une abondante fourrure brune, c’est à peine si l’on en distingue le collier rouge.

On l’appelle parfois l’Écaille hérisson. Une allusion aux épis de longues soies de sa chenille. Celle-ci apprécie notamment les feuilles du saule marsault, de l’ortie et de la reine des prés. Elle n’a que l’embarras du choix dans le marais.

En savoir plus sur l’Écaille martre avec le site quelestcetanimal.com

Chenille de l'Écaille martre / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us:
error