Le Syrphe du groseillier

Syrphe du groseillier, femelle, sur inflorescence de cornouiller sanguin.

Abdomen noir marqué de jaune. Le Syrphe du groseillier ne déroge pas aux lois de la famille. Adultes butineurs et larves amatrices de pucerons !

Comme nombre d’arbustes ou de légumes du jardin, le groseillier est sensible à la prolifération des pucerons. Les colonies vertes s’accumulent sous les feuilles, auprès des nervures dont elles piquent et sucent la sèvre. C’est là que Madame Syrphe du groseillier (Syrphus ribesii) pond ses oeufs. Les larves aux allures de sangsue ont tôt fait de “siphonner” les ravageurs.

Les adultes sont amateurs de nectar et de pollen. Paisibles butineurs, ils passent ici des inflorescences du cornouiller sanguin aux ombellifères des bords du halage.

Thorax bronze doré, scutellum et pattes jaunes, ailes translucides, gros yeux bordeaux… L’abdomen noir présente des taches jaune vif caractéristiques, disposées par paires. Disjointes à proximité du scutellumn, également jaune, elles semblent « soudées » ensuite, avec une jonction marquée d’un trait orangé.

Heureusement, si elle a certes une préférence, Madame Syrphe du groseillier n’a pas la ponte monomaniaque. Qu’importe finalement l’arbuste, le légume ou la fleur, pourvu qu’il y ait des pucerons à l’horizon ! 

Sources :

Syrphe du groseillier, mâle, sur ombellifère.

Découvrir d’autres membres de la grande famille des syrphes du jardin et des prairies alentours.

 

 

Please follow and like us: