Le Téléphore moine

Téléphore moine sur ombelle de Cerfeuil des bois.

Un discret auxiliaire. Le Téléphore moine chasse notamment larves et chenilles. Et sa progéniture adore escargots et petites limaces.

Téléphore moine à l'escalade d'une graminée.Son cousin, le petit Téléphore fauve, grand amateur de pucerons, est familier du jardin où il patrouille parfois en grand nombre à la belle saison. De plus grande taille, un bon centimètre et demi, le Téléphore moine (Cantharis rustica) est tout aussi utile. Et ses larves davantage encore !

En ce début de printemps, noir mâtiné de rouge, avec un petit coeur au centre du scutellum, on le rencontre surtout sur les ombellifères, notamment celles du Cerfeuil des bois. Il s’y gave de nectar mais, également carnivore, il n’hésite pas à croquer les petits insectes de rencontre. Notamment les chenilles. 

Sa progéniture se développe au sol. On aimerait lui montrer le chemin du potager. Et plus particulièrement des semis de salades, de carottes et de radis. Car si elle fait son ordinaire de petits insectes et larves en tous genres, elle a surtout un péché mignon : les petites limaces et les escargots ! 

Sources : 

Téléphore moine sur ombelle de Cerfeuil des bois.

L’abdomen rouge-orangé n’est pas entièrement recouvert par les élytres noirs. Une tache noire, plus ou moins en forme de coeur, au centre du scutellum rouge sang. Antennes annelées noires, premiers articles rouge-orangé.

Téléphore moine sur ombelle de Cerfeille des bois.

Silhouette allongée. Fine pubescence sur les élytres noirs. Pattes noires avec fémurs tachés de rouge.

Volontiers chasseur, le Téléphore moine est aussi une proie ! Victime ici d’une araignée crabe.

Un cousin presque semblable. Ici, poudré de pollen, sur une feuille de Cornouiller sanguin, le Téléphore sombre (Cantharis fusa) présente notamment un pronotum rouge avec une tache sombre, non pas centrale mais touchant le bord antérieur. Son régime est le même : nectar mais aussi pucerons et petits insectes.

Téléphore fauve sur feuille de marguerite / Un jardin dans le Marais poitevin.

Même silhouette allongée. Une dominante orangée marquée de noir à l’extrémité des élytres. Le Téléphore fauve est également amateur de nectar et carnivore. Grand consommateur de pucerons notamment.

 

Please follow and like us: