La petite Osmie rousse

Osmie rousse sur fleur de bourrache.

On la repère facilement à sa brosse ventrale orangé. Toujours en mouvement, l’Osmie rousse n’est pas pour autant facile à observer lorsqu’elle butine.

Osmie rousse sur fleur de bourrache.Aussi minuscule que trapue, l’Osmie rousse (Osmia rufa), alias l’Osmie à deux cornes (Osmia bicornis), frise tout au plus le centimètre. Comme sa cousine, l’Osmie cornue (Osmia cornuta), elle porte deux étranges petites cornes sur une tête entièrement noire. Entre antennes et mandibules. 

Osmie rousse sur fleur de bourrache.La confusion entre les deux cousines est cependant impossible. L’Osmie cornue est en effet plus imposante (1,5 cm). Elle présente surtout une fourrure plus voyante et tranchée. Rouge brique sur l’abdomen, noire intense sur le thorax et la tête. Celle de la petite Osmie rousse est plus sobre.

Au gris-jaune du pourpoint succèdent le brun-orangé de l’abdomen puis le noir le l’extrême pointe. Finalement, c’est la face ventrale qui se repère le mieux, avec une brosse collectrice de pollen dense et franchement rousse.

Sans surprise, le mâle est un peu plus petit encore. Et plus discret. S’il présente des antennes plus longues que celles de la femelle, sa livrée est globalement plus terne. Et, comme chez Cornuta, il ne présente pas de cornes mais une toupet grisâtre au front.

Sources : 

Pas de “cornes” chez le mâle mais un toupet grisâtre au front. À noter le dessin des nervures des ailes antérieures et notamment les deux cellules sub-marginales, bien visibles ici, caractéristiques de la famille des mégachiles dont sont membres les osmies.

Une taille plus imposante, une fourrure noire et brique plus tranchée pour l’Osmie cornue.

Please follow and like us: