Monsieur Osmie cornue

Osmie cornue, mâle (12 mars 2020)

Une des abeilles sauvages parmi les plus précoces. L’Osmie cornue est de retour au jardin. Monsieur tout d’abord. Sans cornes mais barbichette grise.

La troisième crue de l’hiver ! Il faudra patienter des semaines avant de pouvoir travailler la terre du jardin. Pour l’heure, alors que pâquerettes, pissenlits, ficaires, véroniques et primevères baignent encore, les premiers butineurs investissent les haies. Pruneliers et lauriers tin les disputent aux cassis fleurs et, déjà, aux poiriers les plus téméraires.

Mais, comme chaque fin d’hiver, la palme revient au puissant parfum du romarin. Abeilles et bourdons s’y affairent au moindre rayon de soleil. Notamment la petite Osmie cornue (Osmia cornuta), facilement reconnaissable à son flamboyant abdomen rouille vif. De taille modeste (1 cm), elle présente par ailleurs un thorax velu hésitant entre noir et brun. Avec des nuances rousses jusqu ‘aux pointes des pattes.

Osmie cornue, mâle (12 mars 2020)En cette saison, l’exploration du potager est l’affaire des mâles. Pas de confusion possible. Ils arborent en effet une barbichette grisonnante et pas de petites cornes, apanage des seules femelles. Celles-ci émergeront dans quelques semaines. Début avril. Quand cerisiers et mirabelliers seront en fleurs.

Sources :

Osmie cornue, mâle (12 mars 2020)

À ne pas confondre avec le bourdon des pierres, beaucoup plus gros, d’un noir bien franc, et dont seule la pointe de l’abdomen est flamboyante.

Please follow and like us: