Oxalis et vers gris : ça c’est fait !

Il n’y a pas de baguette magique pour s’en débarrasser. Oxalis et vers gris appellent un ramassage consciencieux. Autant profiter du bêchage d’automne.

Bulbilles de l'Oxalis / Un jardin dans le Marais poitevin.Sans être forcené de la fourche-bêche, il faut bien admettre qu’il y a là l’occasion sinon de stopper, au moins d’amoindrir la double invasion – oxalis et vers gris – dont le potager a souffert cet été.

Chenille de la Noctuelle / Un jardin dans le Marais poitevin.D’abord le faux trèfle. Heureusement, les bulbilles rose-orangé sont faciles à repérer. La collecte est certes fastidieuse mais c’est la seule manière d’éviter l’envahissement printanier de l’oxalis. 

Et en même temps les vers gris. Là, ça se complique. Car les chenilles de la Noctuelle ne sautent pas aux yeux. Elles s’enroulent pas réflexe et, mêlées à la terre, passent presqu’inaperçues.  Ce n’est qu’au soleil qu’apparaissent leurs pointillés noirs, blancs et orangés, leurs petites pattes et leur bouche si vorace.

Oxalis et vers gris : il en restera sans doute. Voilà du moins deux cases cochées dans la liste des bonnes résolutions de fin d’année.

Bulbilles de l'Oxalis / Un jardin dans le Marais poitevin.

Mieux vaut ne pas compter sur le motoculteur pour se débarrasser des bulbilles du faux trèfle. Il ne fera que les disperser.

Fleurs de faux trèfle.

Les fleurs de l’Oxalis sont certes charmantes. Mais le faux trèfle est difficile – pour ne pas dire impossible – à contenir.

Ne pas confondre le vers gris, qui est une chenille, avec le tout aussi redoutable vers blanc, larve du hanneton, qui sévit souvent parmi les racines des jardinières.

 

Please follow and like us: