Et un nouveau parasite de la noctuelle !

Mouche peleteria rubescens sur fleur d'origan.

Différente et si proche des mouches tachinaires ! L’important n’est-il pas que la Peleteria rubescens cible elle aussi les chenilles de noctuelle ?

Mouche Paletria rubescens sur feuille de mélisse.Encore une mouche auxiliaire du jardin qui gagne à être (re)connue ! La Peleteria rubescens n’a pourtant pas de nom populaire. Il est vrai qu’elle n’est pas si courante. Et qu’on peut aisément la confondre avec l’Échimonie à pieds roux avec laquelle elle partage des lignes de Mouche peleteria rubescens sur fleur d'origan.soies épaisses sur un abdomen orangé où se mêlent quelques reflets argentés.

Mais les pattes sont noires, l’allure plus allongée et la bande noire médiane, moins large, n’est pas constituée d’une succession de losanges. Plutôt une suite de trois triangles effilés, le premier se confondant avec la pointe noire de l’abdomen.

Les curieux décèleront également des soies noires caractéristiques en lisière des yeux rouge brun, sur une tête blanchâtre.

Comme la plupart de ses cousines tachinaires, fera ou magnicornis notamment, elle parasite les chenilles de noctuelle. En déposant ses oeufs au sol. À charge pour les larves de trouver “l’hébergement” ad hoc. D’y pénétrer pour s’en nourrir jusqu’à devenir elles-mêmes autant de mouches. Quelles noctuelles ? Il y en a tant et tant. La Peleteria rubescens reconnaîtra les siennes !

Sources : 

Mouche peleteria rubescens sur fleur d'origan.

Photos Fernand © Août 2019

 

Please follow and like us:
error