Trois points blancs entre deux noirs

Une ligne de points blancs et noirs caractéristiques : la Punaise verte ponctuée, un sacré ravageur pour les légumes du potager.

Punaise verte ponctuée : la pointe des ailes membraneuses est d'un vert soutenu.On a vu ce printemps comment la petite mouche Trichopoda pennipes se taille une solide réputation en parasitant la Punaise verte ponctuée (Nazara viridula). D’accord mais pourquoi “ponctuée” et quelle différence avec la punaise verte “ordinaire” (Palomena prasina) ?

On les distingue assez facilement. La première porte en effet, d’où son nom, trois petits points blancs entre Punaise verte ponctuée : une ligne de points noir également de part et d'autre sur la face ventrale.deux points noirs à la limite entre corselet et écusson. Par ailleurs, la transparence de la pointe de ses ailes est d’un vert nettement soutenu alors qu’elle est brune chez la seconde.

Au jardin, elles sont aussi peu désirables l’une que l’autre. L’ordinaire s’attaque plutôt aux fruits. La ponctuée plutôt aux légumes.

Comme souvent, ce sont surtout les larves qui, par leur nombre et leur comportement grégaire, peuvent causer des ravages. Mieux vaut ramasser les punaises avant la ponte. Jusqu’à 130 oeufs ! Mais on peut donc aussi compter sur leurs parasites. Ainsi, cette punaise ordinaire (voir ci-dessous) présente ici un petit oeuf blanc à gauche derrière la tête. Peut-être celui d’une Trichopoda pennipes. Dès l’éclosion, la larve trouvera vite la faille pour pénétrer son hôte involontaire et s’en nourrir. Vivent les mouches auxiliaires ! 

Source : 

La pointe des ailes membraneuses de la Punaise verte “ordinaire” (Palomena prasina) est brune. Celle-ci semble avoir été la cible d’une mouche parasite dont l’oeuf est collé sur “l’épaule” gauche.

Trichopoda pennipes : une brosse de soies noires sur les tibias arrière /un jardin dans le Marais poitevin.

Parmi les mouches parasite des punaise, la Trichopoda pennipes cible essentiellement la Punaise verte ponctuée.

Une autre mouche parasite des punaises, moins spécialisée, la Phasie crassipenne. Ici un mâle avec son abdomen plat caractéristique, orangé rayé de noir.

Mi août 2020. Au revers d’un capitule de zinnia. Belle leçon de mimétisme avec cette larve de la punaise verte ponctuée.

Mi-octobre 2021. Le mimétisme est moins réussi pour cette très jeune larve, au revers d’une corolle de capucine.  Le troupeau de la nurserie s’est ainsi dispersé. Chacune pour soi désormais. La Punaise verte ponctuée peut compter jusqu’à quatre générations par an. Et ses larves mettent un peu plus d’un mois pour devenir adulte. Celle-ci a donc encore tout son temps avant de trouver un refuge sûr pour hiverner.

 

Please follow and like us: