Le thym en fleurs

Thym en fleur et abeille domestique

Pour une dizaine de jours, la profusion du thym en fleurs fait l’unanimité des butineurs. un délicat parfum aussi pour la salade !

Thym en fleurs et Bourdon terrestre

Même les plus gros butineurs, comme le Bourdon terrestre, sont accrocs aux petites corolles blanc rosé.

La sarriette et le thym font bon ménage sur la planche des aromatiques. Ils s’étalent progressivement, jusqu’à se côtoyer, sans (trop) empiéter le territoire l’un de l’autre. Et, côté floraison, chacun son tour. La sarriette a eu son temps fin mai. Place désormais au thym en fleurs ! 

Rassemblées en petites têtes un peu lâches, les minuscules corolles s’animent de deux lèvres blanc rosé.. L’une, trilobée, retient l’attention des butineurs. L’autre forme un auvent protecteur à l’entrée du long tube nectarifère..

Comme l’abeille domestique, le Fadet commun, le Bombyle noir ou le Bourdon terrestre ne se posent pas de question. Le nectar, c’est tout au fond, entre les deux lèvres !Étamines ou style bifide n’y font guère obstacle. L’essentiel n’est-il pas que le pollen profite du remue-ménage pour se diffuser d’une corolle l’autre ?

Comme celles de la sarriette, et contrairement aux petites feuilles vertes, les fleurs de thym perdent tout intérêt culinaire à la cuisson. Mieux vaut récolter les têtes, détacher les petites corolles et les parsemer, fraîches, au moment du dressage. Pour parfumer délicatement grillades et salades.

Source :

Thym en fleurs et Bombyle noir.

La longue trompe déployée, le Bombyle noir (et blanc) en vol stationnaire, à peine posé sur ses longues et fines pattes.

Thym en fleurs et Fadet commun.

S’il ne tient d’ordinaire pas en place, le petit Fadet commun prend tout son temps sur la planche du thym en fleurs.

Le Syrphe porte-plume dans une de ses position favorites, l’abdomen redressé à la verticale. Une posture singulière qui lui vaut son nom : avec le dessin en noir et jaune d’une “plume sergent major” à la pointe de l’abdomen.

 

Please follow and like us: