Attention aux orchidées !

Orchidées sauvages : rosette de l'Orchis bouc.

Rosette de l’Orchis bouc.

Des orchidées sauvages au jardin ? Il suffit de repérer leurs rosettes hivernales et d’en prendre soin au printemps. Superbes !

Orchidées sauvages : rosette de l'Orchis pyramidal.

Rosette de l’Orchis pyramidal.

Début mars. Les parties enherbées du jardin commencent à se “réveiller”. Avant de sortir la tondeuse, il est temps de protéger les futures orchidées sauvages… Oh, pour l’heure, elles ne payent pas de mine ! Des rosettes encore rases, tapies parmi le couvert d’herbes, de mousses et de feuilles mortes.

Orchidées sauvages : rosette de l'Ophrys abeille.

Rosette de l’Ophrys abeille.

Avec ce printemps prématuré, elles rongent leur frein alors qu’ici et là pissenlits, boutons d’or, violettes et primevères s’en donnent déjà à coeur joie. Il faudra patienter quelques semaines pour que ces dizaines de rosettes lâchent enfin la bride à leurs superbes et étonnantes hampes florales.

Ophrys abeille, Orchis pyramidal et Orchis bouc… Chaque printemps, le jardin accueille trois espèces d’orchidées sauvages. Au sortir de l’hiver, mieux vaut donc marquer l’emplacement de chaque spécimen, avec un simple piquet de bambou planté au près de chaque rosette. Pour éviter les piétinements et, surtout, le moment venu, les coupes intempestives de la tondeuse ! 

Sources :

La lèvre inférieure de l’Orchis bouc présente trois lobes étroits. Celui du centre est particulièrement long à la manière d’un serpentin. Pas de nectar mais une forte odeur musquée propre à attirer certains butineurs.

L’épis de l’Orchis pyramidal : plus conique que pyramidal ! La belle mystificatrice présente un long et fin éperon  à l’arrière de la corolle. Le croyant nectarifère, les papillons viennent y butiner. En vain…

L’Orphrys abeille : à défaut de nectar, une supercherie à l’attention des abeilles sauvages mâles…

 

Please follow and like us: