L’Azuré de la faucille

Azuré de la faucille

Et un nouveau « Petit bleu » au jardin ! La principale singularité de l’Azuré de la faucille, alias le Rase-queue, ne saute pas aux yeux.

Azuré de la faucilleQuand il passe au jardin, d’un vol rapide et imprévisible, on peut le confondre avec son cousin l’Azuré des nerpruns. Surtout le mâle au dessus bleu vif surligné de noir. Mais il suffit que l’Azuré de la faucille (Cupido alcetas) s’arrête quelques instants dans les allées visiter le Petit trèfle jaune. On comprend vite alors son autre nom vernaculaire : l’Argus Rase-queue !

Pour le moins rase en effet. À peine une petite pointe. Sans le filet noir extérieur des postérieures elle passerait inaperçue. Autre indice : un point noir tout à côté, coiffé d’une lunule grise, avec un écho estompé à proximité. Chez certains individus, lesdites lunules sont teintées d’orangé.

D’un sexe l’autre, le revers des ailes hésite entre bleu clair et gris. Le dimorphisme intervient surtout lorsque s’ouvrent les ailes. Avec une dominante brun foncé, pour ne pas dire noire, chez la femelle. Particulièrement lumineux, avec une simple et fine bordure noire, le mâle balance pour sa part entre bleu soutenu et violet.

Azuré de la faucille

Petits bleus : l'Azuré des nerpruns sur la moutarde blanche.

Un revers également gris bleu semé de petites taches noires pour l’Azuré des nerpruns et pas de fin liseré noir. Encore moins de petite queue. Pas même esquissée !

Un autre « Petit bleu » dans les allées du jardin : l’Azuré commun dont le mâle, ici, présente également une livrée bleu vif soulignée d’une fine marge noire.

Riquiqui certes mais pas rases ! Les appendices de l’Azuré porte-queue se réduisent à de fins et courts filaments, signalés par une combinaison de taches orangées et de lunules bleues.

En savoir plus :