Le Cuivré commun

Cuivré commun.

C’est évidemment l’orange rougeoyant qui retient l’attention chez le petit Cuivré commun, alias l’Argus bronzé, grand amateur de soleil.

Cuivré commun.Il illuminera le jardin quasi jusqu’aux premières gelées. Trois générations de Cuivré commun  (Lycaena phlaeas) se succèdent tout l’été et une partie de l’automne. Les petites chenilles de la dernière se camoufleront aux temps mauvais. Elles reprendront des forces au printemps sur les jeunes pousses d’oseille sauvage.

On l’appelle aussi parfois l’Argus bronzé. Un cousin de l’Azuré commun donc. Aussi petit mais pas une once de bleu contrairement à la plupart des membres de la grande famille. Sinon quelques discrètes mouchetures, à peine perceptibles sur une livrée où dominent le brun et l’orangé mêlé de rouge. Bref le cuivre. Ce n’est plus du bronzage mais un coup de soleil !

Avec une discrète petite excroissance, il n’a certes pas de quoi rivaliser avec l’Azuré porte-queue. Mais c’est juste assez pour mettre en valeur la bordure orangée pointée de noir des ailes postérieures. Le revers est un peu plus neutre. Sauf à contre jour. Le fond brun clair est alors éclipsé par de lumineuses transparences rouge orangé. Quand on aime le soleil, autant jouer avec !

En savoir plus sur le Cuivré commun avec le site quelestcetanimal.com

Cuivré commun.

Contre-jour avec la complicité du soleil levant.

Fin août 2019. Dans une peupleraie proche du jardin, sur une inflorescence de Menthe des champs.

Mi octobre 2020. Tant qu’il y a un peu de soleil, jusqu’aux premières gelées… On perçoit bien ici les discrètes  “mouchetures” bleues des ailes postérieures.

Mi juin 2021. Les ronces des haies sont particulièrement généreuses en cette fin de printemps !

Fin juin 2021. La Crépide capillaire pour varier les plaisirs sucrés du printemps…

 

Please follow and like us: