Le Satyre du marais !

Le Satyre sur Menthe des champs.

Deux noms, une même espèce de papillon. Et voilà le Satyre ! Le mâle de la Mégère. Alors, comment les distinguer ?

Le Satyre sur Menthe des champs.Réputé apprécier les pelouses rocailleuses et sèches, voici le Satyre (Lasiommata megera) pourtant à son aise sur une prairie humide du marais. Comme la Mégère, la femelle de l’espèce, il y butine notamment la menthe des champs. Un grand classique de la fin d’été !

Comment distinguer la Mégère et le Satyre ? D’abord par le comportement. Elle butine longuement, lui plus furtivement, trop occupé à défendre son territoire et à y rechercher l’âme soeur. Cela dit, comme Madame, Monsieur se laisse aller, parfois, à un bain de soleil. Entre deux patrouilles.

Sinon, côté décor, le Satyre présente, sur fond orange, une bande épaisse, brun foncé, oblique, irrégulière, qui barre fortement les ailes antérieures dont le jeu de marqueterie est davantage appuyé. Le reste est assez semblable, y compris au revers. 

S’il passe parfois au jardin, il ne s’y laisse guère approcher. À vrai dire, il préfère le fouillis des prairies. Là où il est né, parmi fétuques, paturins, dactyles et autres herbes folles. Surtout, en cette saison, lorsque menthe et pulicaire s’y mêlent.

Sources :

Le Satyre sur Menthe des champs.

Sur un jeu de marqueterie nettement accentué, une bande brune épaisse barre les antérieures.

Celui-ci a les ailes quelque peu fatiguées. Peut-être un individu de seconde génération en bout de course (avril/juillet, juillet/septembre, septembre/novembre). La génération suivante ira jusqu’au bout de l’automne. Si le temps le permet.

La lumineuse Mégère, avec un jeu de marqueterie à peine esquissé, parcouru de lignes sinueuses évoquant la coiffure serpentine de la terrible déesse grecque.

Le revers des ailes est assez comparable d’un sexe l’autre, notamment l’élégante « broderie » aux postérieures.

 

Madame Cuivré fuligineux

Madame Cuivré fuligineux sur phacélie.

Moins encrassée que son compère, Madame Cuivré fuligineux, alias l’Argus myope, aurait-elle fait un brin de toilette avant de passer au jardin ?

Madame Cuivré fuligineux sur phacélie.

On l’appelle parfois l’Argus myope ? Référence au géant de la mythologie grecque, Argos, qui était pourvu de cent yeux. Or le compte n’y est manifestement pas ici, avec des ocelles de surcroît non pupillés et, surtout chez le mâle, encombrés de suffusions noirâtres.

Comme saupoudré de suie. Le qualificatif de l’espèce vaut surtout pour le mâle que l’on dirait en effet sorti d’une cheminée ! Plus coquette, Madame Cuivré fuligineux ((Lycaena tityrus) semble s’être époussetée.

Certes, quelques suffusions noirâtres persistent ici et là. L’ensemble n’en est pas moins lumineux. Notamment au revers des ailes où un semi de petites taches noires anime une dominante fauve bordée d’un bandeau orangé. Plus éclatant encore, le dessus des ailes antérieures présente des alignements alternés de taches cuivrées et brun foncé. 

Les ailes postérieures rappellent davantage le mâle. Hormis une bordure de perles orangées pointées de brun, le fond est si « encrassé » qu’on peine à y distinguer les petites taches noires semées sur fond brun.

En visite ici au jardin, sur la planche de phacélie, Madame Cuivré fuligineux est surtout familière des prairies humides alentour. Elle installe ainsi sa progéniture sur les rumex, particulièrement l’Oseille des prés. La Vinette comme on dit en Poitou.

Sources : 

Madame Cuivré fuligineux sur phacélie.

Ne pas confondre avec le Cuivré commun dont la livrée (identique pour les deux sexes) est davantage contrastée, avec moins de taches brunes sur les antérieures et deux petites pointes saillantes aux postérieures.

La marge blanche de Monsieur contraste  avec une dominante noirâtre où perce à peine quelques reflets orangés semés de taches noires.

Cuivré fuligineux sur capitule de Cirse des marais.

Le revers des ailes du mâle est également davantage terne et « encrassé » que chez Madame.

 

Lumineuse Mégère !

La Mégère sur Menthe sauvage.

Quitte à évoquer une déesse, la lumineuse Mégère – femelle du Satyre – aurait mérité une référence mythologique plus amène…

Déesse sans doute mais quelle ! Mégère figure parmi les redoutables Érinyes des grecs et les cruelles Furies des romains, en charge du châtiment des criminels.

Une exception parmi les papillons. Madame et Monsieur ne portent pas le même nom populaire. La Mégère pour elle. Le Satyre pour lui. Reste qu’une même appellation latine met tout le monde d’accord : Lasiommata megera. Quoiqu’il en soit, plutôt habitués aux milieux secs, les voilà malgré tout dans le marais. Sur une prairie humide proche du jardin.

Elle en l’occurence. La Mégère est en effet facile à identifier, avec sa lumineuse dominante orangée finement marbrée de brun. Le décor du Satyre est plus lourd, autour d’une large bande brune barrant un épais réseau de marquetterie.

Mâle et femelle se retrouvent cependant avec une série d’ocelles noirs pupillés de blanc, un aux antérieures, quatre aux postérieures. Mais c’est davantage le revers des ailes qui les rassemblent.

On y retrouve les zébrures de Madame aux antérieures et, surtout, une délicate broderie aux postérieures, faite de lignes brisées et de mouchetures, mêlant brun, orange et fauve. Le tout est rehaussé d’un chapelet de sept ocelles triplement cerclés. À vérifier au hasard d’une prochaine rencontre avec Monsieur !

Sources :

La Mégère sur Menthe sauvage.

Un ocelle noir pointé de blanc aux antérieures, quatre aux postérieures : deux moyens au centre, un petit de part et d’autre. Les lignes sinueuses pourraient évoquer les serpents dont étaient coiffés Mégère et ses acolytes dans la mythologie grecque.

Mi septembre 2021. Et voilà le Satyre ! Avec une bande brune épaisse sur les antérieures dont la marqueterie est davantage appuyée.

Un cousin, le Tircis, avec une disposition comparable des ocelles et un décor marqueté qui rappelle celui du Satyre.