En décembre, vraiment ?

Bourdon en décembre 2018 / Un jardin dans le Marais poitevin.

Nous sommes ici loin de la Sèvre. Plus au sud, dans l’oasis du Père Narcisse. N’empêche. Abeilles et bourdons eux-mêmes semblent étonnés de pouvoir y butiner encore en décembre…

Abeille en décembre 2018 / Un jardin dans le Marais poitevin.La première gelée blanche de la fin novembre a sérieusement anesthésié le jardin en bord de Sèvre. Et la récente vague de fortes pluies n’a rien arrangé. Quel plaisir alors de rendre une nouvelle visite au potager du Père Narcisse. Un oasis toujours étonnamment fleuri en cette toute fin d’automne.

Dans la douceur persistante du sud-ouest, le moindre brin de soleil même très bas suffit à titiller les pollinisateurs. Nous sommes en décembre ? Vraiment ? Abeilles, bourdons et frelons ne sont évidemment plus légion. Ils n’en savourent que davantage chacune de ces désormais rares et brèves escapades dans la belle lumière dorée de l’après-midi. Leurs bourdonnements anachroniques sonnent comme autant d’heureuses parenthèses dans la venue inéluctable des mauvais jours.

Frelon asiatique en décembre 2018 .

Photos Fernand ©

 

Please follow and like us:

A un petit kilomètre du jardin

Nid de frelons asiatiques / Un jardin dans le Marais poitevin.

Des nids de frelons asiatiques ? Il fallait bien que les frelons du jardin “logent” quelque part. Très haut. Presqu’à la cime d’un peuplier.

Nid de frelons asiatiques / Un jardin dans le Marais poitevin.Plus de pommes, plus de fleurs ou presque, sinon encore celles du lierre, et pourtant les frelons asiatiques rôdent toujours au jardin.

Sans doute font-ils aussi quelques dernières razzias d’insectes pour nourrir leurs larves. Mais où donc ? Tout l’été, les nids étaient invisibles, bien à l’abri du feuillage des plus hauts arbres. Avec l’automne, leur masse assez spectaculaire se remarque de loin, presque à la cime des peupliers.

Il faut s’enfoncer dans le marais pour trouver le premier. Puis un second tout proche. L’entrée est sur le côté. De nombreux frelons tournent autour ou se reposent au soleil sur la grosse boule cartonnée. Il y a un petit kilomètre pour venir jusqu’au jardin…

A vrai dire, les frelons ne sont guère agressifs au potager. A condition de ne pas les déranger. Mais puisque leur prolifération semble galopante et malmène les ruchers alentour… Autant signaler les nids en mairie et auprès de l’INPN (Inventaire national du patrimoine naturel) qui, via un formulaire en ligne à destination du grand public, dresse un état des lieux des espèces protégées mais aussi, en l’occurence, des espèces invasives.

Frelon asiatique / Un jardin dans le Marais poitevin.

Photos Fernand ©

 

Please follow and like us:

La Punaise verte passe au brun

Punaise verte, la livrée hivernale / Un jardin dans le Marais poitevin.

Nouvelle saison, nouvelle livrée pour la Punaise verte. La voilà devenue brun-violacé. Histoire sans doute d’être au diapason des couleurs de l’automne.

Punaise verte, la livrée hivernale / Un jardin dans le Marais poitevin.Une nouvelle hôte au jardin ? Les pattes et les antennes jaune-vert sont nuancées de rouge. Pour le reste, la livrée semble hésitante. Entre brun, rouge et violacé. Avec des transparences vertes et des taches noires plus ou moins présentes selon l’orientation du soleil.

Etrange punaise. On pourrait penser à la Punaise des baies. Mais celle-ci est d’un brun-violacé plus franc. Elle porte surtout un bel écusson d’or sur le dos. Alors ? 

Plutôt une Punaise… verte ! Vous plaisantez ? Et pourtant. Seuls les petits points blancs en lisière de l’écusson n’ont pas bougé. Les pattes pas encore. Sinon, la livrée hivernale de Madame est avancée. Enfin presque. Elle va brunir encore et s’uniformiser. Comme chaque année à la même époque.

Elle redeviendra verte au printemps prochain. Elle a l’habitude de ses changements de couleurs. En août dernier, n’était-elle pas vêtue de noir, blanc et rouge à la nurserie ?

Punaise verte, la livrée hivernale / Une jardin dans le Marais poitevin.

Photos Fernand ©

 

Please follow and like us: