Le ramier clopin-clopant

Pigeon ramier / Un jardin dans le Marais poitevin.

Rien à craindre pour les semis en cette saison. Pour l’heure, le pigeon ramier semble trouver son bonheur parmi les feuilles mortes et dans l’herbe rase.

Pigeon ramier / Un jardin dans le Marais poitevin.Il marche d’un pas lourd dans les allées du jardin. Le Pigeon ramier n’en a pas moins fière allure. Cela tient sans doute à son port de tête autoritaire que souligne de fines épaulettes blanches rehaussées de zébrures noires.

Magnifiquement soigné, son plumage arbore toutes les nuances de gris. Pigeon ramier / Un jardin dans le Marais poitevin.Tête bleutée, poitrail rosé, abdomen roussâtre, dos ardoisé, queue et extrémité des ailes presque noires, liserées de blancs.

Son côté un peu hautain tient peut-être aussi à ses petits yeux noirs, finement cerclés, et surtout à cet étrange bec crochu, rouge-orangé puis jaune, émergeant d’une fine moustache blanche.

Quelques claquements d’ailes et le voilà rejoint par un de ses compères. Clopin-clopant, les deux commensaux arpentent le jardin, les yeux rivés sur les feuilles mortes ou l’herbe rase. Qui aurait pu penser qu’il y avait là tant à glaner ?

Retrouver les autres oiseaux du jardin

Pigeons ramiers / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us:

Ce n’est pas son jour…

Pic épeiche / Un jardin dans le marais poitevin.

Les noix laissées pour l’écureuil font des envieux. Le pic épeiche n’est pas le dernier à apprécier. Mais il passe trop tard cet après-midi…

Pic épeiche / Un jardin dans le marais poitevin.On l’entend régulièrement tambouriner dans les peupleraies et les bois alentour. Le pic épeiche vient de temps à autre au potager inspecter pommiers et peupliers. Cela dit, en cette saison, son péché mignon, c’est de chiper les noix près de la table de jardin. En théorie, elles sont là pour l’écureuil. Enfin, pour le premier qui les trouve…

Pas de chance aujourd’hui. Il a beau scruter la pelouse, accroché au tronc le plus proche, bien campé sur sa solide queue, aucune noix… L’écureuil est déjà passé. A moins qu’il s’agisse du geai ou de la pie. C’est qu’il y a concurrence entre chapardeurs !

Juste le temps de se laisser admirer. Nuque et bas-ventre rouges, dos noir barré de blanc, robuste bec pointu sous un front fauve, élégants chevrons blancs à la pointe des ailes… Dépité, il disparait comme il est venu, de son puissant vol noir et blanc. Ce n’est pas son jour. Il reviendra bientôt.

En savoir plus sur le Pic épeiche avec oiseaux.net

Pic épeiche / Un jardin dans le marais poitevin.

 

Please follow and like us:

La mésange à longue queue

Mésange à longue queue / Un jardin dans le Marais poitevin.

Mine rien, il y a encore des insectes sous le lichen. Tant qu’il ne gèle pas trop fort, la Mésange à longue queue n’a pas son pareil pour les déloger. Dans toutes les positions.

Une adorable petite boule blanche et rosée. Furtive dans les arbres du jardin, la Mésange à longue queue ne risque pas d’être confondue avec ses homonymes. Aussi agile et acrobate que les charbonnières, nonnettes, bleues et consorts, c’est assurément la plus gracile de toutes. A vrai dire, ce n’est pas une véritable mésange.

Naturellement, on la distingue d’abord à sa fine et très longue queue noire ourlée de blanc. Presque aussi longue que le reste du corps ! Sur un plumage à dominante claire, elle fait écho aux bordures sombres des ailes et à d’épais sourcils courant jusque sur la nuque.

A contrario, le bec de la Mésange à longue queue est si menu qu’on le perçoit à peine. Pas de quoi broyer les graines ! Dès lors, si elle passe parfois faire son tri à la mangeoire, c’est surtout de branche en branche, dans les rides de l’écorce, sous le lichen et la mousse qu’elle débusque son ordinaire. Elle n’en est que plus active. Particulièrement en cette saison où les larves ne sont pas légion. Courage !

En savoir plus sur la mésange à longue queue avec oiseaux.net

Mésange à longue queue / Un jardin dans le Marais poitevin.

 

Please follow and like us: