Incontournable Scabieuse !

Scabieuse colombaire et Vulcain.

Vulcain, Paon du jour, Piéride du chou, Citron, Belle dame, Myrtil… Comment résister à l’appel du nectar de la Scabieuse colombaire ?

Il est parfois des réputations surfaites. Surtout quand le marketing des créateurs de variétés florales s’en mêle ! Il faut cependant bien avouer que la Scabieuse colombaire (Sciabiosa columbaria) semble bénéficier d’un sacré magnétisme auprès des papillons !

Ils ne sont pas les seuls. Les abeilles sauvages aussi en apprécient le nectar. À commencer par l’Halicte de la Scabieuse. Évidemment. Elle est facile à reconnaître avec ses doubles bandes abdominales. Jaune d’or et jaune vanillé. Sa langue est suffisamment longue pour aller puiser au fond des petites corolles tubulaires.

À ce jeu-là, pas de difficulté naturellement pour la trompe des papillons ! Ils s’y attardent longuement. Imaginez… Des dizaines de puits de nectar à visiter. Serrer les uns contre les autres. Dans une profusion de fanfreluches. Surtout en périphérie où les lobes des petites fleurs s’allongent et virevoltent comme les dentelles bouillonnantes d’un jupon bleu-lilas.

En savoir plus :

Scabieuse colombaire et Citron.

La majestueux Citron aux ailes jaune-vert fortement nervurées.

Scabieuse colombaire et Piéride du chou.

Les piérides sont omniprésentes au jardin. Et parmi elles, la Piéride du navet, remarquable par ses nervures saupoudrées de grisaille.

Scabieuse colombaire et Belle-dame.

Fin mai 2021. Première apparition de la Belle-dame au jardin. Un nectar réparateur au terme d’une longue migration printanière ?

Début juin 2021. Un ocelle noir pupillé de blanc sur fond orangé : le Myrtil est de retour au jardin !

Fin juin 2021. La génération printanière de Robert le diable vient de prendre le relais.

Réputée « de nuit », la petite Noctuelle en deuil ne rechigne pas à butiner le jour. Surtout auprès de la Scabieuse !

La Sésie de l’oseille, une petit papillon aux allures d’hyménoptère.

Abeilles et bourdons aussi

Scabieuse colombaire et Halicte de la Scabieuse.

L’Halicte de la Scabieuse doit son nom à la Scabieuse des champs. Cela dit, celle du jardin lui convient partialement !

Long et étroit abdomen, longues antennes à crochet : Monsieur Halicte  n’est pas en reste !

Anthidie interrompue, mâle, sur scabieuse.

Une autre abeille sauvage addict de la Scabieuse : Monsieur Anthidie interrompue également très présent sur les artichaut en fleurs… Ah, ce bleu violacé !

Mêmes rayures jaunes et pattes jaune-orangé : Madame Anthidie interrompu bien entendu !

Longues antennes pour lui, courtes chez elle, yeux verts pour les deux : Eucères sp. et les temps des amours.

Mégachile sp. mâle avec ses tarses avant aplatis aux longues franges de soies blanchâtres.

Le bouton n’est pas encore totalement déployé… Qu’importe pour le petit Bourdon des prés.

Mouches, coléoptères et araignées…

Les mouches aussi ! Ici le Syrphe des narcisses, dans sa version le plus sombre : comme quoi tous les imitateur des bourdons ne sont pas parasites. Les larves de celui-ci préfèrent les fleurs à bulbes.

Butineuse et parasite de la Punaise nébuleuse : la petite Cylindromya bicolor est deux fois bienvenue au jardin !

Le Syrphe porte-plume, précieux auxiliaire tant ses larves, avec une dizaine de générations par ans, sont avides de pucerons.

Et même les coléoptères ! Ici le Lepture fauve, élégant et paisible amateur de pollen.

Et son cousin, le Lepture tacheté.

Un visiteur dont on se passerait bien : les larves du Taupin compte parmi les principales ravageuses du potager.

Mais gare ! La Thomise variable, alias l’Araignée crabe, a l’art et la manière de s’incruster, à l’affût, là où on ne l’attend pas !